Les chercheurs de l’UEMOA fédèrent leurs efforts pour la création d’un réseau sous-régional des énergies renouvelables



img11

Un groupe de chercheurs de l’Union économique et monétaire Ouest africaine(UEMOA) a décidé d’intensifier l’accès à l’électricité à travers plusieurs projets énergétiques par la promotion des énergies vertes à hauteur de 82% à l’horizon 2030.

Pour y parvenir les experts en énergies renouvelables se sont réunis dans le cadre d’un séminaire à l’Institut National Polytechnique FELIX Houphouët-Boigny (INP-HB) de Yamoussoukro du 25 au 27 avril 2018 en vue de mener des réflexions stratégiques quant la mise en œuvre d’un réseau sous-régional de recherche sur les énergies renouvelables.

Initiée par l’INP-HB sur financement de l’UEMOA via le Programme d'appui et de développement des centres d'excellence régionaux (PACER), cette rencontre a été surtout un cadre d’échanges d’expériences entre chercheurs en matière de résultats sur les énergies renouvelables et de validation des textes fondateurs du réseau.

Ce rendez-vous scientifique a vu la participation des chercheurs des Etats membres de l’UEMOA à l’exception de la Guinée Bissau. Il s’agit notamment du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Sénégal, du Togo et du Niger.

Selon les experts, malgré le potentiel énergétique dont dispose l’Afrique, la plupart des pays du continent souffrent d’un manque accru de valorisation des énergies vertes d’où la nécessité de la mise en œuvre de cette plateforme de collaboration, de concertation et d’échanges scientifiques. Cela vise un accès à l’électricité avec les énergies renouvelables en vue de renverser la donne relative à l’utilisation de l’électricité générée par les combustibles d’origine fossile.

M. Gbaha Prosper, Président du comité d’organisation de la rencontre scientifique a quant à lui souligné lors de l’ouverture des travaux que « le changement climatique, conséquence en partie de l’utilisation abusive des combustibles d’origine fossile, est devenu un danger pour la planète terre ». Il a par ailleurs relevé que ce séminaire devrait permettre aux chercheurs des 8 pays de l’UEMOA de mutualiser des idées de recherches pour le développement des énergies renouvelables dans leurs universités, instituts et centres de recherche. 

Soulignant l’importance de ce sujet d’intérêt général, M. SANGARE Moustapha, Directeur général adjoint de l’INP-HB, a salué l’initiative des chercheurs. Aussi, les a-t-il rassurés du soutien et de l’accompagnement de l’Institut.

A l’issue des travaux en commission M. N’GUESSAN Yao de la Côte d’Ivoire, maître de Conférence à l’INP-HB a été désigné pour tenir les rênes du Réseau Sous Régional des Energies Renouvelables (RESER) pour une durée de huit (08) mois allant de mai à décembre 2018. Se tiendra ensuite l’Assemblée Générale pour l’élection d’un Président qui conduira les activités du RESER pendant un mandat de 2 ans, renouvelable une seule fois.

 

N’GUESSAN Grâce

 

Voir l'historique

Côte d'Ivoire | https.inphb.ci | scolarite@inphb.ci | secretariatdg@inphb.ci | inphb@inphb.ci

Restez connectés

© 2004 Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny
Mise à jour 2023